LE projet de loi qui créerait un nouveau Département de l’économie et de la planification du développement (DEDP) était l’un des plus importants de la charrette de mesures adoptées par la Chambre des représentants lors de ses derniers jours de session cette semaine. S’il est promulgué, le DEDP, s’il est géré correctement, pourrait grandement améliorer la réactivité et l’efficacité de la planification gouvernementale et entraîner des gains substantiels pour le pays.

En vertu du projet de loi 1062 de la Chambre, qui a été adopté en troisième lecture lundi, le DEDP « servira de principal organisme gouvernemental chargé de préparer et de recommander des objectifs, des politiques et des programmes de développement économique national, et de surveiller leur mise en œuvre ».

La création de la DEDP entraînerait la dissolution de l’Autorité nationale de développement économique (NEDA), dont les fonctions et le personnel seraient absorbés par la nouvelle DEDP. De même, toutes les agences rattachées à la NEDA seraient transférées à la DEDP. Il s’agit notamment de la Commission de la population et du développement, de l’Institut philippin d’études sur le développement, de l’Agence nationale de coordination du service volontaire des Philippines, de l’Autorité philippine des statistiques et de l’Institut philippin de recherche et de formation en statistique.

De même, le Centre de partenariat public-privé des Philippines et la Commission tarifaire seraient également rattachés au DEDP, mais « à des fins administratives uniquement », car leurs fonctions diffèrent quelque peu de la NEDA, plus axée sur la planification, et de ses agences connexes.

En outre, la DEDP serait désignée comme « le secrétariat principal » du Conseil consultatif de développement législatif-exécutif (Ledac). HB 1062 prévoit également la création d’un conseil de planification de l’économie et du développement, qui « sera un organe exécutif collégial chargé de diriger et de fournir une orientation politique globale sur les questions économiques, financières, sociales et environnementales pour parvenir à une croissance économique inclusive et durable ». Des conseils de développement régional (RDC) similaires seraient également créés.

Les membres du conseil de l’économie et de la planification du développement seront le président, le secrétaire exécutif, le secrétaire du DEDP et le gouverneur de Bangko Sentral ng Pilipinas (BSP). Cependant, le projet de loi autorise également le président à réviser la composition du conseil en fonction des besoins et permet au président de nommer les présidents et vice-présidents des RDC.

Notre impression initiale de la proposition de créer le DEDP était une légère perplexité, car il n’était pas clair quel était le besoin pressant pour cela. Le cadre de planification économique actuel largement guidé par la NEDA a été raisonnablement efficace, comme l’illustrent le taux de croissance constant et l’amélioration progressive de la qualité de vie aux Philippines au cours des dernières années, malgré la récession induite par la pandémie.

Après une analyse plus approfondie, cependant, il semble qu’il y ait beaucoup plus de points positifs que de points négatifs potentiels dans le concept. Le cadre actuel, aussi efficace qu’il ait été, est peu maniable ; étant en grande partie le produit de décrets exécutifs plutôt que de lois, il est resté en grande partie de nature ad hoc, quelle que soit son institutionnalisation. Une planification efficace est faite, certes, mais elle n’est pas faite de manière opportune et efficace parce que le chemin de décision est un réseau plutôt qu’un processus étape par étape. Le simple fait d’organiser l’analyse et la planification économiques et de développement sous un même toit, pour ainsi dire, améliorera considérablement le partage d’informations et la coordination entre les organismes concernés.

Il convient également de noter que la proposition de création de la DEDP est une application cohérente de l’un des objectifs les plus sensés de l’administration Duterte, à savoir rationaliser autant que possible les fonctions gouvernementales, en particulier dans les domaines qui nécessitent beaucoup de ressources ou affectent une grande partie de la population. Le DEDP est le produit de la même réflexion qui a créé le Département des travailleurs migrants et la proposition de créer un Département de la résilience aux catastrophes.

Bien sûr, tous les avantages qui découleraient de la création du DEDP ne sont que pure spéculation à ce stade, car les représentants de la Chambre ont une fois de plus fait preuve d’une plus grande attention aux priorités et au suivi du travail législatif que leurs homologues du Sénat. La version sénatoriale de HB 1062, le projet de loi sénatorial 1402 rédigé par les sénateurs Sherwin Gatchalian et Imee Marcos, a été approuvée hors commission dès mars 2020, mais est restée bloquée depuis. En conséquence, toute action sur la mesure déjà adoptée par la Chambre sur le DEDP devra attendre au moins jusqu’au second semestre de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.